Cliquer pour activer le son
Aller au contenu
01.

Aperçu

Des centaines de personnes patinant à l’extérieur. Photo prise depuis une colline qui surplombe l’étang.

Patinage de loisir sur l’étang Grenadier à High Park, Toronto. Photographie, 1914. John Boyd / Bibliothèque et Archives Canada

Pendant les six décennies suivantes, de 1860 à 1920, le patinage a évolué, devenant un sport officiel après avoir été une activité de loisir au départ. L’esprit d’innovation des Canadiens a joué un rôle dans le développement des lames de patin, du mouvement, des patinoires couvertes, des règlements et des carnavals de patinage.

Une illustration en noir et blanc représentant un grand bâtiment en dôme entouré de bâtiments plus petits.

L’immense patinoire Victoria à Saint-Jean, Nouveau-Brunswick. Lithographie, vers les années 1880. ©Provincial Archives of New Brunswick / Archives provinciales du Nouveau-Brunswick

C’est à cette époque que la compagnie Starr Manufacturing en Nouvelle-Écosse est devenue la première compagnie canadienne à produire des lames de patin munies d’un clip.

Un message publicitaire sur du papier brun illustré par l’image d’un jeune patineur, une jambe en l’air. On peut y lire : « Les patins Starr sont les meilleurs pour le patinage artistique. En raison de leur « trempe élevée ». »

Publicité pour les patins de Starr Manufacturing mentionnant le patinage artistique, 1919. ©Dartmouth Heritage Museum

Au milieu du 19e siècle, de nouvelles idées relatives au patinage ont pris forme à la suite d’échanges internationaux. Le patineur américain Jackson Haines a introduit un style de patinage artistique rafraîchissant dans le cadre de ses performances impressionnantes durant les années 1860. Ce style a été adapté par Louis Rubenstein, pionnier du patinage artistique canadien. 

Les carnavals masqués de patinage sont devenus une forme populaire de divertissement en hiver. Plusieurs clubs de patinage ont commencé à faire leur apparition dans des villes partout au Canada et plusieurs patinoires extérieures et couvertes ont été inaugurées durant cette période. 

Une illustration en couleur montrant de nombreuses personnes habillées de vêtements d’hiver, patinant dans un aréna intérieur.

Carnaval de patinage, Montréal, 1881-1882. Bibliothèque et Archives Canada (3017363)

Fait intéressant, seuls les hommes prenaient part aux compétitions dans les années 1800. Madge Syers a été la première femme à participer à une compétition masculine lors des Championnats du monde à Londres en 1902. Puisqu’il n’y avait pas de règlement interdisant aux femmes d’y prendre part, elle y a participé et a remporté la médaille d’argent. Ceci a ouvert la porte à la participation officielle des femmes aux Championnats du monde en 1906, alors que le simple féminin a été ajouté. Les autres compétitions ont rapidement emboîté le pas.

Fait marquant

Quand le patinage artistique est-il devenu un sport officiel au Canada?

Fait marquant

Quand le patinage artistique est-il devenu un sport officiel au Canada?

Portrait en noir et blanc d’un homme moustachu portant un col rigide blanc, une cravate sombre et un costume sombre.
Louis Rubenstein ©Panthéon des sports canadiens

En 1887. Louis Rubenstein a fondé l’Association de patinage amateur du Canada, qui comprenait le patinage artistique et le patinage de vitesse.

02.

Bottes et lames

Fabriqué au Canada

Photo en noir et blanc d’une usine avec de nombreuses cheminées, vue de derrière une clôture en bois.

Les locaux de Starr Manufacturing à Dartmouth, Nouvelle-Écosse, photographie, vers 1890-1910. ©Dartmouth Heritage Museum

Paire de patins avec 16 petits trous sur la longueur de chacun d’eux, et une légère courbure vers le haut au niveau du bout. La lame s’attache à la chaussure de l’utilisateur au moyen de sangles en cuir au talon. Sangles en cuir manquantes à l’avant du pied.

Un des premiers patins avec sangle par Starr Manufacturing (établi en 1861), Nouvelle-Écosse, vers 1863. ©Musée Bata de la chaussure, S82.313

La compagnie Starr Manufacturing a ouvert ses portes en 1861. C’est John Starr, de Dartmouth en Nouvelle-Écosse, qui a lancé la compagnie. John Forbes, un contremaître et un inventeur de cette compagnie, a collaboré avec Thomas Bateman, également employé chez Starr, pour concevoir un nouveau type de lame munie d’un clip. Le Acme Spring Skate (patin à ressort Acme) a été lancé en 1863 et a révolutionné la façon dont les lames étaient fabriquées au Canada. Surnommé le « patin de Halifax », il a acquis une notoriété internationale.

Une page jaunie présentant une illustration en couleur représentant plusieurs personnes en costume qui s’adonnent au patinage.

Couverture du catalogue des patins Starr, 54e édition, 1920. ©Dartmouth Heritage Museum

Une page jaunie avec une image représentant un patin en acier.

Le catalogue des ventes de 1920 de la Starr Manufacturing Company, montant que les bottes originales Acme Club de Starr sont toujours en vente sur le marché, page 24. ©Dartmouth Heritage Museum

Qu’est-ce qui a rendu le patin à ressort Acme si novateur? L’idée d’un clip n’était pas nouvelle, mais les nouvelles lames munies de clips étaient conçues avec un mécanisme à ressort qui se verrouillait sur les bottes du patineur. Les patins à ressort constituaient une amélioration par rapport aux autres styles avec clip et une nette amélioration par rapport aux anciens patins qui s’attachaient aux bottes des patineurs à l’aide de sangles qui avaient l’habitude de se détacher ou de casser.

Une paire de lames de patin en métal vue de profil. Le mécanisme de verrouillage est illustré.

Lame de patin à ressort Acme Club de Starr, vers 1864. ©Dartmouth Heritage Museum

La compagnie Starr Manufacturing a vendu 11 millions de paires de patins à ressort jusqu’à ce que son département du patin ferme en 1939.

Deux pages jaunies avec l’image de deux modèles de lames de patin en acier qui peuvent être fixées aux bottes par des vis. La pointe recourbée vers le haut n’est pas fixée au montant de la lame à l’avant et elle est munie de dents. Les bottes ne figurent pas sur la photo.

Patins de patinage artistique Starr « International », pages 2 et 3 du catalogue Starr, 1920. ©Dartmouth Heritage Museum

Deux pages jaunies avec l’image de deux modèles de lames de patin en acier qui peuvent être fixées aux bottes par des vis. La pointe recourbée vers le haut est fixée au montant de la lame à l’avant et elle est munie de dents. Les bottes ne figurent pas sur la photo.

Lames de patins “Figure” et “Primo”, pages 4 et 5 du catalogue Starr, 1920. ©Dartmouth Heritage Museum

Faites défiler l’écran pour visionner les lames des patins Starr :

La fabrication de bottes pour le patin est peu documentée dans les années 1800. À l’époque, il n’existait pas de bottes précisément faites pour le patinage; les gens se servaient de leurs propres bottes tout usage. Ce que nous savons, c’est que les fabricants de bottes ont commencé à confectionner des bottes spéciales qui s’adaptaient aux patins Acme à ressort. 

À partir de 1900, le design de la lame s’est amélioré, faisant en sorte que les lames pouvaient alors être fixées à la base d’une botte à l’aide de vis ou de la technologie à ressort Acme. 

 

Faites défiler l’écran pour visionner différentes versions de lames de patins produites par la compagnie Starr au fil des ans. Gracieuseté du Dartmouth Heritage Museum :

Autres fabricants de patins en Amérique du Nord et en Europe.

Au fur et à mesure que le sport du patinage artistique se développait, le design des lames s’est lui aussi développé partout en Amérique du Nord et en Europe. Cette période a vu l’innovation du design de la lame passer du style avec clip à une lame recourbée vers le haut au niveau des orteils, puis à une lame faite d’une seule pièce.

En 1848, l’entreprise américaine E.V. Bushnell a été la première à inventer un clip entièrement en acier, permettant aux lames d’être fixées aux bottes. En 1865, le patineur américain Jackson Haines a développé une lame à deux plaques faite entièrement de métal qui pouvait être directement attachée à ses bottes. Il a également inventé les dents de pointe en 1870.

Illustration représentant un patin vu de profil avec une sangle et un système d’engrenage afin de fixer solidement la lame à la botte de l’utilisateur.

La dernière invention de Bushnell, un patin à glace qui s’ajuste avec une clé, vers 1883. © Buyenlarge/Getty Images

A. En 1876, A.G. Spaldings & Brothers ont mis au point un modèle pour le patinage avec une lame recourbée vers le haut au niveau des orteils. La lame était fabriquée aux États-Unis et disponible au Canada. 

Une paire de bottes en cuir noir avec une lame en métal vissée à la semelle de chacune des chaussures. La courbure de la lame vers le haut au niveau du bout de la chaussure s’étend légèrement au-delà de celui-ci et la lame est munie de dents de pointe.

Le modèle de lames « Continental » de A.G. Spalding & Bros., Chicago, Illinois. Le modèle des bottes est le « Duluth Hockey Shoe », par Northern Shoe Co., Minnesota, vers 1906-1918. Collection du Musée Bata de la chaussure, 2019.51

B. À partir de 1879, le catalogue de la compagnie Barney and Berry de Springfield, au Massachusetts, offrait une variété de patins que les Canadiens pouvaient acheter. C’est cette compagnie qui a fabriqué les lames sur mesure pour Louis Rubenstein.

Une paire de lames de patin en métal avec une décoration en filigrane et le nom « Louis Rubenstein » gravé sur chacune d’elles. Pas de dents. Vue de profil.

Les patins argentés de la marque Barney and Berry portés par Louis Rubenstein aux Championnats du monde de patinage artistique, Saint-Pétersbourg, Russie, 1891. Gracieuseté de Rubenstein RB Digital Inc. et de Hillel Becker

C. L’année 1888 a vu l’apparition de la lame John E. Strauss; serrurier et ouvrier métallurgiste de Minneapolis, Strauss a consacré ses habiletés au profit de la production de patins. Il a créé une lame fermée aux orteils en utilisant une seule pièce d’acier, ce qui a rendu les patins plus légers et plus résistants.

Une photo en noir et blanc de Strauss vêtu d’une salopette et d’une casquette, penché sur un établi, tenant un marteau dans une main et un outil de coupe dans l’autre.

John Strauss fabriquant une lame de patin sur mesure, 1919. Gracieuseté de Strauss Skates and Bicycles

D. Bottes et lames – un exemple anglais : Botte fabriquée par « The Lobby Shoe » et la lame baptisée « The Syers Skate » (le patin Syers) par John Wilson, de Sheffield, d’après la première championne du monde de patinage, Madge Syers.

Une botte de patin en cuir munie d’une lame en métal vue de profil. Le bout de la lame est recourbé vers le haut, et cette dernière est munie de dents de pointe; elle dépasse le bout de la chaussure du porteur.

La lame « The Syers Skate » de John Wilson a été nommée en hommage à Madge Syers, première championne du monde féminine, 1908. Les bottes sont un produit de la compagnie « The Lobby Shoes ». Collection du Musée Bata de la chaussure, S86.163

Une photo rapprochée de la lame de métal laissant paraître l’inscription « The Syers Skate ».

Le détail de la lame qui porte le nom de la patineuse anglaise Madge Syers. Collection du Musée Bata de la chaussure, S86.163

E. Plateformes en bois avec lames, originaires d’Amérique du Nord, d’Angleterre et d’Europe. Ces lames sur plateformes en bois ont été populaires au Canada jusqu’à environ 1900, et en Europe jusqu’au milieu des années 1900.

Une paire de lames de patin embellies avec une plateforme en bois. Il ne reste aucune lanière de cuir.

Ces lames ont une forme de cygne ciselée à la main dans la partie recourbée au niveau du bout de la chaussure. Elles sont probablement allemandes, vers 1900. Collection du Musée Bata de la chaussure, P85.005

Madge Syers et le mouvement de libération des femmes en patinage

Au tournant du 20e siècle, les femmes n’étaient pas autorisées à participer à des compétitions internationales. Une patineuse, Madge Syers, a marqué l’histoire en devenant la première femme à participer aux Championnats du monde en 1902, dans ce qui était jusque-là un événement uniquement pour les patineurs masculins. Elle y a remporté la médaille d’argent. Elle est ensuite devenue la première femme à remporter les Championnats du monde, en 1906, et les Jeux olympiques, en 1908. Ses contributions au sport ont donné la chance aux autres femmes de participer pleinement au patinage artistique. 

Photo en noir et blanc de Madge Syers qui patine dans une robe qui lui arrive à la cheville avec le bras droit et la jambe gauche tendus. Les bottes de patinage noires sont munies de lames de métal vissées dont le bout a des dents de pointe et est recourbé vers le haut.
Madge Syers est la première femme à avoir participé à une compétition exclusivement masculine en 1902. Photo tirée de The Art of Skating, par Irving Brokaw, 1910

Faites défiler l’écran ici pour visionner des exemples de patins sur plateformes de bois faisant partie de la collection du Musée Bata de la chaussure : 

Fait marquant

Quel était le nom le plus populaire donné aux patinoires dans les années 1800?

Fait marquant

Quel était le nom le plus populaire donné aux patinoires dans les années 1800?

Une illustration en couleur d’une scène d’hiver montrant des personnes qui patinent sur une patinoire intérieure clôturée. Les enfants à l’avant grimpent sur la clôture pour regarder les patineurs alors que l’Union Jack flotte à la droite de la patinoire.
Patinoire Victoria à Toronto, 1863. ©Bibliothèque publique de Toronto

Victoria, en l’honneur de la reine Victoria. La reine Victoria adorait le patinage et plusieurs patinoires au Canada ont été nommées en son honneur. 

03.

Mouvement

Pionnier du patinage artistique canadien

Le Canadien Louis Rubenstein a été un pionnier du sport connu à l’époque comme patinage de fantaisie, qui a précédé le patinage artistique. Il a été choisi pour représenter le Canada lors de la compétition internationale de 1890 – événement précurseur des Championnats du monde – en Russie. Vers la fin des années 1800, la Russie tsariste était profondément antisémite. Lorsque Rubenstein est arrivé en Russie pour participer aux compétitions, la police a confisqué son passeport et on lui a dit qu’il devait quitter le pays dans les 24 heures. 

Une photo en noir et blanc d’un Louis Rubenstein, moustachu, en patins noirs et collants ou pantalons moulants. Sa veste est ornée de médaillons.

Louis Rubenstein à Montréal, Québec, 1893 ©Musée McCord

Rubenstein et le gouvernement canadien avaient anticipé qu’il se heurterait à de tels problèmes. Rubenstein a présenté une lettre de Lord Stanley, gouverneur général du Canada, à l’ambassade britannique. Sous la pression de l’ambassade britannique, la police a rendu son passeport à Rubenstein et il a été autorisé à participer aux compétitions. Rubenstein a remporté l’or. Il a néanmoins été informé qu’il devait immédiatement quitter la Russie. 

Rubenstein était un adepte de la méthode Jackson Haines, qui a donné une place plus proéminente au programme libre dans les compétitions. En 1914, il a créé le département de patinage artistique de l’Association de patinage amateur du Canada et a occupé le poste de président de l’organisme jusqu’en 1930. 

Jackson Haines (1840-1875), «pionnier du patinage artistique»

Le patineur et danseur de ballet américain Jackson Haines a fait des prestations au Canada au début des années 1860. Il a mis en lumière son style unique de patinage libre qui combinait des mouvements de patinage et des éléments de ballet. Les spectateurs adoraient son style théâtral et il a inspiré la génération suivante de patineurs canadiens. 

Haines s’est rendu en Europe en 1864 pour présenter son nouveau style de patinage. Il a été très apprécié à Vienne, où il a patiné sur des airs de Mozart, Schubert et Johann Strauss devant des foules captivées. 

Haines alliait la prouesse technique et le sens artistique du patinage libre avec la musicalité, et il a donné à la musique une place plus proéminente dans les programmes de patinage. Il est mort tragiquement jeune à l’âge de 36 ans après avoir contracté la tuberculose et la pneumonie.

Une photo en noir et blanc de Haines en vêtements d'hiver bordés de peau de mouton, patinant vers le spectateur, les bras tendus.
Jackson Haines, Vienne, 1870. © Photo gracieuseté de KHM-Museumsverband, Theatermuseum Vienne.

Les mouvements artistiques sur glace se sont développés à partir des mouvements de base du patinage vers l’avant et vers l’arrière et des mouvements de balancements effectués d’un côté à l’autre sur les crêtes des patins, qui constituaient les mouvements du patinage de loisir des tout débuts. Dans les années 1860, le patinage de fantaisie et le patinage continu voient le jour en tant que deux styles distincts. 

Une page jaunie avec quatre croquis représentant un homme exécutant différents mouvements de patinage.

Quatre illustrations de mouvements de patinage par Arthur Elliot, vers 1882. Collection Bibliothèque et Archives Canada (R9266)

Chacun de ces styles reposait sur des motifs déterminés que le patineur « dessinait » sur la glace. En anglais, le mot « figure skating » provient justement de ces motifs (ou « figures ») que le patineur traçait sur la glace. La mise en place de ces styles a fait en sorte que les patineurs pouvaient être jugés selon le talent dont ils faisaient preuve en créant ces figures, et les compétitions de patinage sont devenues populaires.  

Le patinage en couple, connu sous le nom de patinage combiné, s’est également développé à cette époque. Ces trois styles de patinage ont connu une popularité jusqu’à la fin des années 1800.

Patinage de fantaisie

Le patinage de fantaisie, dont le terme fait sa première apparition dans les années 1850, désignait toute forme de patinage allant au-delà des mouvements de base incorporant la glisse et la poussée vers l’avant, de la carre droite à la carre gauche (c.-à-d. le balancement hollandais ou Dutch Roll). Louis Rubenstein était le champion canadien du patinage de fantaisie.

Affiche en noir et blanc avec texte seulement, annonçant la prestation de Rubenstein à Newcastle, le 14 mars 1884.

Une affiche de patinage de fantaisie mettant en vedette le champion Louis Rubenstein, 1884. Gracieuseté de Rubenstein RB Digital Inc. et de Hillel Becker

Les formes géométriques circulaires (souvent des figures en « huit »), plusieurs types de changements de direction (par exemple les virages trois, accolades, contre-accolades, contre-trois et boucles), les pirouettes et même les sauts faisaient tous partie du patinage de fantaisie. Ce style comportait de magnifiques motifs entrecroisés que le patineur traçait avec soin sur la glace en glissant sur un pied. Les rosettes, les étoiles, les croix, les entrelacs et même les lettres et les chiffres étaient populaires.

Un diagramme décrivant trois figures de patinage en forme de trèfle. On peut lire: « Figures de fantaisie pour les deux patins. Rosettes ».

Des figures de patinage de fantaisie à tracer sur la glace. Extrait de Figure and Fancy Skating de George Meagher, Londres, 1895.

Un diagramme représentant les chiffres de 0 à 9 en caractères de fantaisie. On peut lire : « Cette plaque explique en détail la méthode employée par l’auteur pour tracer les CHIFFRES ».

Tracés montrant comment réaliser des chiffres de fantaisie sur la glace. Extrait de Figure and Fancy Skating de George Meagher, Londres, 1895.

C’était tout un plaisir que de regarder les patineurs effectuer des mouvements aussi détaillés. Le résultat en était un motif complexe découpé dans la glace qui s’apparentait à du cristal taillé. Les patineurs qui créaient les meilleurs motifs faisaient preuve d’un équilibre, d’une précision et d’un contrôle exceptionnels. 

Une image jaunie sur laquelle est écrit le nom « Lily ».

« Lily » Cheetham, une patineuse anglaise, trace son nom sur la glace. Tiré de Skating de Douglas Adams et Lily Cheetham, Londres, 1892.

Les premières versions de ces mouvements n’étaient en fait que des parties de ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de programme libre. Les performances des compétitions de patinage libre étaient très courtes. En 1882, à Vienne, le norvégien Axel Paulsen a inauguré son nouveau saut controversé dans le cadre d’une compétition internationale. La performance n’aurait duré que 10 secondes! Sa performance ne comprenait que cinq pas et le saut en question. Les juges étaient habitués à des compétiteurs qui traçaient des motifs courts, mais difficiles sur la glace. Le saut Axel de Paulsen était un élément complètement nouveau. Il a remporté la troisième place. 

Diagramme montrant les tracés de huit compétiteurs.

Les gagnants du grand tournoi international de patinage de 1882, Vienne Dans Theorie und Praxis des Kunstlaufes am Eise de Gilbert Fuchs, 1926.

Comme dans le cas du saut Axel, les nouveaux mouvements prenaient souvent le nom de leur créateur. Par exemple, le saut Salchow, où un patineur décolle à partir de la carre intérieure arrière et atterrit sur la carre extérieure arrière, a été nommé d’après le patineur suédois Ulrich Salchow. 

Les spectateurs de patin artistique adorent voir des sauts, mais dans les années 1800, les sauts ne faisaient que commencer à être ajoutés au répertoire des patineurs. Au début, seuls les hommes faisaient des sauts, jusqu’à ce que les femmes commencent à ajouter des sauts à leurs programmes dans les années 1920. 

En 1890, les figures imposées ont remplacé le patinage de fantaisie. Les figures imposées étaient des mouvements standards effectués en suivant la forme d’un huit et distribués le long d’un groupe de deux ou trois cercles. Les virages trois, accolades, contre-accolades, contre-trois et boucles exigeaient des patineurs qu’ils tournent de l’avant vers l’arrière ou de l’arrière vers l’avant tout en se balançant sur un seul patin. Les patineurs effectuaient les figures en huit alternativement sur le pied gauche, et ensuite sur le pied droit.

Un diagramme montrant les 17 types de tracés de patinage pour les figures.

Tracés utilisés dans les tests obligatoires de figures de niveau élémentaire et avancé. Hippodrome Skating Book par Charlotte Oelschlägel, 1916.

Patinage continu

Diagramme montrant trois tracés de patinage différents.

Tracés de patinage continu à réaliser sur un pied seulement. Tiré de Figure and Fancy Skating de George Meagher, Londres, 1895.

Pouvez-vous vous imaginer ce que ce doit être d’effectuer un programme de patinage sur un seul pied? En patinage continu, les patineurs étaient mis au défi de tracer des figures complexes, mais sur un seul pied. Les patineurs devaient se propulser en gagnant de la vitesse à chaque tour et chaque boucle. Ils utilisaient des mouvements saccadés et adoptaient des positions peu gracieuses pour maintenir l’équilibre sans jamais déposer le pied qui était soulevé. Les figures populaires de ce style comprenaient des figures en huit, un mouvement connu sous le nom de « cadre » (« the frame »), des vignes et des formes serpentines. Les programmes de patinage continu étaient souvent accompagnés de musique. 

Patinage combiné

Le patinage combiné remonte aux années 1700 et était pratiqué en Europe comme en Amérique du Nord. On l’appelait également patinage miroir, patinage côte à côte ou patinage main dans la main. Ce style demandait de deux personnes (ou même plus) qu’elles fassent des mouvements que les patineurs simples pouvaient faire seuls. Au Canada, les couples effectuaient des valses et des quadrilles au son d’un accompagnement musical. 

Une illustration en couleur de plusieurs groupes et paires de patineurs interagissant avec un cupidon dans chaque scène.

Cupid on the Ice, lithographe en couleur, vers 1883. ©Patinage Canada (photo : Greg Kolz)

Bien qu’il soit difficile de retracer l’histoire complète de la danse sur glace, cette forme de patinage semble avoir émergé du patinage combiné. La popularité de la danse sur glace remonte à aussi loin que les années 1880 à Vienne. Au Canada, on dansait la valse sur la glace à Halifax dès 1885. Les danseurs sur glace tiraient leur inspiration de la danse de salon, reproduisant les pas de danse sur la glace tout en les combinant avec des figures de patinage libre pour créer une forme nouvelle et élégante de patinage. Plusieurs danses sur glace possèdent une longue histoire. Le Fourteen Step et le Kilian ont respectivement été développés à Vienne en 1889 et en 1909. La valse européenne a été créée quelque temps avant l’année 1900. 

Une photo en noir et blanc de patineurs sur un canal gelé. Des arbres et un bâtiment bas en briques sont visibles en arrière-plan.

Patinage combiné à Rideau Hall, Ottawa, Ontario, vers 1915. Collection de Basil Reid/Bibliothèque et Archives Canada (PA-030205)

Une image en noir et blanc représentant un homme et une femme qui exécutent un mouvement de patinage en se tenant par la main sur un canal gelé.

Patinage combiné en couple à Rideau Hall, Ottawa, Ontario. Mars 1911. Collection de William James Topley/Bibliothèque et Archives Canada (3386286)

Premier patineur canadien à écrire un livre sur le patinage

Une photo en noir et blanc d’un homme en patins, les bras croisés.

George Meagher, pionnier du patinage artistique au Canada. © Patinage Canada (photo : Greg Kolz)

George Meagher était un patineur étoile canadien durant les années 1800. Meagher a remporté le Championnat du monde amateur de 1891, puis le Championnat du monde professionnel en 1898. C’est lui qui a initié l’Europe au sport canadien du hockey sur glace lors d’un voyage de patinage à Paris en 1894. À l’instar de son confrère américain Jackson Haines, il a donné des prestations professionnelles de patinage de fantaisie à travers l’Amérique du Nord et l’Europe. Les comptes rendus des médias de l’époque faisaient les éloges de ses talents de patineur : « Il est capable de faire vingt-trois vignes différentes, quatorze pirouettes, soixante-quatorze figures en huit et plus de cent anvils sur un seul pied et sans s’arrêter ». 

Publié en 1895, son livre Figure and Fancy Skating (Patinage artistique et de fantaisie) décrit avec détail les figures spéciales et imposées, les patins, les rudiments des sauts, des pirouettes et des valses. George Meagher est l’auteur de deux autres ouvrages sur le patinage : Lessons in Skating (Leçons de patinage) publié en 1900 et A Guide to Artistic Skating (Guide du patinage artistique) publié en 1919.

Irving Brokaw

Deux manuels britanniques de patinage constituent des ouvrages fondamentaux pour les patineurs artistiques canadiens du milieu des années 1800. The Art of Skating (L’art du patinage), de George Anderson, est paru en 1852 sous le nom de plume Cyclos. Puis, A System of Figure Skating (Le système du patinage artistique), de H.E. Vandervell et T. Maxwell Witham, est paru en 1869. 

L’auteur nord-américain le plus influent de cette période est sans doute le champion de patinage artistique Irving Brokaw. Il a publié The Art of Skating (L’art du patinage) en 1910. Son livre illustre les figures et le patinage libre, et discute de tous les aspects des compétitions. Il a ensuite mis son livre à jour dans les années 1920 pour s’adapter aux tendances contemporaines de son sport.

Une photo en noir et blanc d’un homme portant des vêtements d'hiver, patinant avec la jambe et le bras droits tendus.
Fait marquant

Quand et où a été construite la première patinoire artificielle couverte au Canada?

Fait marquant

Quand et où a été construite la première patinoire artificielle couverte au Canada?

Une photo en noir et blanc d’un bâtiment blanc à plusieurs étages avec de nombreuses fenêtres. En gros caractères sur la façade du bâtiment, on peut lire « L’amphithéâtre ».
L’amphithéâtre Shea, également connu sous le nom d’amphithéâtre de Winnipeg, à Winnipeg, Manitoba, vers 1923, ouverture en 1909. Collection des Archives du Manitoba (MA/FC2122)

La première patinoire artificielle couverte, l’amphithéâtre Shea, aussi connu sous le nom d’amphithéâtre de Winnipeg, a été construite à Winnipeg, au Manitoba, en 1909. 

Des patinoires extérieures aux patinoires couvertes

Une illustration en couleur d’une scène hivernale avec cinq groupes de personnes patinant sur un étang gelé.

Government House From Skating Pond, lithographie en couleurs, vers 1882. © Patinage Canada (photo : Greg Kolz)

À la fin des années 1800, comme c’est le cas aujourd’hui, la plupart des clubs de patinage partageaient un espace de glace aménagé sous des hangars couverts avec des équipes de curling et de hockey sur glace. Les étangs gelés, les lacs et les patinoires extérieures ont été convertis en structures formidables permettant de patiner pendant trois mois, soit tout l’hiver.

Photo en noir et blanc de deux femmes vêtues d’une jupe longue et de deux hommes debout sur des patins sur une patinoire avec deux bâtiments derrière eux.

Patinage extérieur à Rideau Hall, Ottawa, Ontario. Photographie, 1911. Collection de Topley Studio / Bibliothèque et Archives Canada (PA-043083)

Les patinoires artificielles couvertes ont bientôt fait leur apparition partout au Canada. La première patinoire du monde à être couverte a été construite à Québec en 1851. 

Une illustration en noir et blanc montrant des personnes qui patinent sous un toit qui ressemble à une tente.

La première patinoire couverte, ville de Québec, Québec. Skating Rink at Quebec, Canadian Scenes No. 4, croquis, vers 1840-1853. Collection Bibliothèque et Archives Canada (R9266)

La patinoire Victoria de Montréal a ensuite été construite en 1862. 

Une illustration en couleur montrant de nombreuses personnes qui patinent dans une patinoire intérieure construite à partir de poutres de bois.

Carnaval de patinage à la patinoire Victoria, Montréal, vers 1881. Collection Bibliothèque et Archives Canada (R9266)

L’immense patinoire Victoria de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick, construite en 1864 par l’architecte Charles Walker, mesurait 50 mètres de diamètre et 24 mètres de haut. Elle a servi de patinoire pendant 37 ans. 

Photo en noir et blanc d’un grand bâtiment en forme de dôme; prise de vue prise d'un angle élevé.

Patinoire Victoria, Saint-Jean, Nouveau-Brunswick, photographie, vers 1870. ©Provincial Archives of New Brunswick / Archives provinciales du Nouveau-Brunswick

Image en couleur représentant l’intérieur d’une grande patinoire intérieure en dôme. La structure de soutien centrale est également une plateforme sur laquelle les musiciens peuvent s’asseoir au-dessus de la surface de la glace. Les patineurs se rassemblent sur la surface glacée, et les spectateurs autour d’elle.

Des musiciens jouent sur une plateforme surélevée dans la colonne centrale de la patinoire pendant le Grand Fancy Ball de 1872 à l’aréna Victoria, à Saint-Jean, Nouveau-Brunswick, par E.J. Russell. © Patinage Canada (photo : Greg Kolz)

La patinoire Rideau d’Ottawa a été construite en 1889 et accueillait des clubs de curling, de hockey et de patinage. En 1904, le club de patinage Minto a commencé à utiliser les installations de la patinoire Rideau et y a organisé plusieurs championnats canadiens jusqu’à ce qu’il fonde son propre complexe de patinage en 1922. 

Une photo en noir et blanc d’un bâtiment au toit incliné prise à partir d'une route enneigée.

Patinoire Rideau, Ottawa, Ontario, photographie, vers1904, construite en 1889. Alaney2k, domaine public, par l’entremise de Wikimedia Commons (LAC PA-042365)

04.

Costume

Vêtements de patinage victoriens et édouardiens

Une illustration en couleur montrant une foule de personnes habillées de vêtements d’hiver qui patinent sur une rivière gelée. Les patineurs sont dominés au loin par de nombreux bâtiments.

Skating on the St. Lawrence in Quebec City (Patinage sur le Saint-Laurent, à Québec), lithographe, 1896. Collection de W.H. Cloverdale / Bibliothèque et Archives Canada (1970-188-1668)

La mode de l’époque victorienne et de l’époque édouardienne a influencé les tenues vestimentaires sur la glace. 

Les tenues de patinage masculines étaient très élégantes. Les hommes se devaient de porter des vestons à collet, des cravates et des chapeaux. Dans les années 1880, les hommes ont décidé de porter des collants de laine pour que les juges puissent voir le mouvement de leurs pieds plus aisément. Vers la fin des années 1800, les hommes portaient des vestons ou blousons décontractés, mais devaient encore porter une cravate et un collet. Les hommes ont ensuite commencé à porter des pantalons plus courts, appelés knickerbockers, au lieu de pantalons longs, ainsi que des collants de laine et des vestons plus courts, afin de faciliter leurs mouvements pendant qu’ils patinaient. 

Une photo en noir et blanc de deux femmes se faisant face et qui se tiennent par les mains, sur une patinoire extérieure. Les arbres se trouvent en toile de fond.

Lady Melgund et Lady Florence sur la patinoire de Rideau Hall, photographie, 1884. Collection de Topley Studio / Bibliothèque et Archives Canada (PA-033917)

Quant aux femmes, la longueur de la jupe était fixée par les normes en vigueur durant l’époque victorienne et l’époque édouardienne, tant sur la glace qu’à l’extérieur de la glace. Le poids et la longueur des jupons et des jupes limitaient les mouvements de patinage des femmes. Les femmes devaient respecter les codes vestimentaires de la société de l’époque, prônant la modestie, ce qui voulait dire qu’elles devaient porter des jupes qui touchaient le sol. Sur la glace, ces jupes recouvraient presque entièrement le mouvement des pieds des patineuses. 

C’est Madge Syers qui a osé, en 1902, raccourcir sa jupe de plusieurs centimètres, permettant ainsi d’apercevoir ses bottes lorsqu’elle effectuait ses figures sur glace. Ce petit changement a permis aux femmes d’avoir une plus grande amplitude de mouvement et a réduit le danger de trébucher sur leurs jupes. 

Dans son livre Ice Skating (Patinage sur glace), T.D. Richardson a écrit au sujet de la tenue vestimentaire des femmes de cette époque : « Les dames portaient des jupes de toile noire superbement taillées, qui touchaient le haut de leurs bottes noires luisantes. De temps à autre, on apercevait un bout de doublure ou de jupon coloré ou – plus audacieux encore – d’élégants bas de soie noire. » 

Une photo en noir et blanc de deux hommes et deux femmes, portant des patins et souriant à la caméra.

Le patinage à Rideau Hall, photographie, 1911. Topley Studio / Bibliothèque et Archives Canada (PA-043085)

Ce n’est que dans les années 1920 que la notion de modestie a commencé à changer, permettant aux femmes de raccourcir leurs jupes davantage. 

Une photo en noir et blanc d’un homme et d’une femme habillés de vêtements d’hiver; ils se tiennent sur la pointe de leurs patins et se donnent la main en posant pour la caméra.

S.A.R. la princesse Patricia et le major Worthington patinant sur la patinoire de Rideau Hall, photographie, 1914. Bibliothèque et Archives Canada / PA-164606

Le divertissement d’avant l’époque des médias : Carnavals et spectacles sur glace

Imaginez un groupe de gens qui patinent avec des masques scintillants et des costumes colorés. Les carnavals de patinage étaient une forme populaire de divertissement pendant les années 1800. Avant 1920, les carnavals étaient de véritables bals masqués très élaborés. Les gens patinaient autour d’un mât appelé arbre de mai, habillés de costumes merveilleusement extravagants et la glace était parsemée de fous du roi, de troubadours médiévaux et de clowns.

Une illustration en noir et blanc représentant plusieurs personnes patinant ensemble autour d’un mât enrubanné.

Winter Life in Canada – A Skating Carnival at Ottawa, lithographe par Arthur Hopkins, vers 1882. © Patinage Canada (photo : Greg Kolz)

Une illustration en couleur représentant plusieurs personnes costumées qui patinent.

Mascarade à la patinoire Rideau, carnaval d’Ottawa, 1885. Bibliothèque et Archives Canada (C-098712)

Une page jaunie avec une illustration représentant un grand bâtiment de briques élaboré entouré d’une foule de personnes qui patinent et font de la luge.

Carnaval d’hiver de Montréal, lithographie, février 1884. Bibliothèque et Archives Canada (compte numéro R9266-1355)

Une illustration en couleur représentant des personnes élégamment vêtues, patinant dans un aréna intérieur.

Carnaval de patinage à Montréal en costumes élégants, illustration, 1881. Bibliothèque et Archives Canada, compte numéro R9266-218, Peter Winkworth Collection Canadiana

Le photographe canado-écossais William Notman a capturé le pur plaisir d’un carnaval de patinage en réunissant plus de 300 photos individuelles pour former la première photo composite, en 1870. Le Prince Arthur, fils de la reine Victoria et duc de Connaught et Strathearn, a assisté à un carnaval de patinage, organisé à la patinoire Victoria de Montréal. Notman a photographié des centaines d’individus costumés et portant des tenues militaires sur une patinoire couverte grandiose décorée de drapeaux et de branches de conifères.  

Une image en couleur représentant une foule de personnes qui patinent dans une patinoire intérieure.

Carnaval de patinage à la patinoire Victoria, photo composite par William Notman, 1870. Gracieuseté du Musée McCord Museum

Charlotte : Ballet sur glace

La patineuse artistique allemande Charlotte Oelschlägel est venue aux États-Unis pour montrer son style très artistique de patinage. Célébrité du monde du patinage, on la surnomma « Anna Pavlova sur glace ». Elle utilisa son prénom comme nom de scène. 

En 1915, Charlotte a été invitée à New York pour offrir une prestation dans un hippodrome de 5200 places, dans le cadre d’un spectacle sur glace intitulé « Flirt à Saint-Moritz » et créé par Albert Ernst. Dans un manuel qui a suivi, The Hippodrome Skating Book (Le livre du patinage à l’hippodrome), elle décrit les figures imposées, les mouvements de patinage, les patins et les costumes.

Une page blanche avec des lettres noires et rouges en caractères gras et la silhouette de profil d’une femme exécutant une révérence.
Couverture du livre Hippodrome Skating Book par Charlotte Oelschlägel, vers 1916.

Charlotte : Film sur le patinage

En 1917, elle a joué dans le premier film mettant en vedette le patinage artistique : The Frozen Warning (Avertissement sur glace), du directeur Oscar Eagle. Incarnant son propre personnage dans ce récit d’espionnage international, Charlotte informe le personnage principal, le lieutenant Vane, qu’un espion tente de voler les plans d’un fusil sous-marin alors qu’ils se trouvent à une fête de patinage.

Une photo en noir et blanc d’une femme en train de patiner avec les bras et la jambe gauche tendus. Le texte est disposé autour de la photo.
Charlotte Oelschlägel a été la vedette de « The Frozen Warning », le premier film sur le patinage artistique au monde, vers 1917. Commonwealth Film Corporation, domaine public, par l’entremise de Wikimedia Commons

Des foules captivées assistaient aux carnavals, accourant pour regarder ces spectacles extraordinaires. Les personnalités du patinage comme Jackson Haines et Charlotte Oelschlägel ont propulsé les carnavals au sommet de leur popularité.

Une image en noir et blanc d’un homme portant des vêtements d’hiver bordés de fourrure de mouton, assis sur une grosse souche d’arbre.

Jackson Haines, Vienne, vers 1867. © Musée mondial du patinage artistique

Une photo en noir et blanc d’une femme vêtue d’un costume diaphane orné de perles, posant avec ses patins.

Charlotte Oelschlägel, vers 1916. ©Musée mondial du patinage artistique

05.

Musique

Musique de patinage

Une illustration en noir et blanc représentant des personnes en train de patiner dans un aréna intérieur. On peut voir un orchestre loin en arrière.

Patinage à l’intérieur avec un orchestre qui joue à l’extrémité de la patinoire, 1873. Collection Carlile et Martindale / Bibliothèque et Archives Canada

Jackson Haines se servait de la musique pour rehausser ses programmes de patinage. Une musique de fond jouée par des fanfares militaires constituait un attrait additionnel pour les personnes qui pratiquaient le patin par loisir. 

La musique des fanfares et orchestres militaires a cependant été rapidement incorporée aux compétitions et aux carnavals. Les marches, les valses et les mazurkas étaient très populaires. Ces trois formes musicales ont un rythme précis, ce qui améliorait les programmes de patinage.

Image en couleur représentant l’intérieur d’une grande patinoire intérieure en dôme. La structure de soutien centrale est également une plateforme sur laquelle les musiciens peuvent s’asseoir au-dessus de la surface de la glace. Les patineurs se rassemblent sur la surface glacée, et les spectateurs autour d’elle.

Des musiciens jouent sur une plateforme surélevée dans la colonne centrale de la patinoire lors du Grand Fancy Ball de 1872 à l’aréna Victoria, à Saint-Jean, Nouveau-Brunswick, par E.J. Russell. © Patinage Canada (photo : Greg Kolz)

Puisque les compétiteurs aux Jeux olympiques exécutaient leurs performances avec un accompagnement musical en direct plutôt qu’enregistré, ils devaient commencer leur programme au moment où un drapeau était abaissé et un arbitre chronométrait la durée de leur programme. Si les musiciens n’arrêtaient pas de jouer quand un patineur avait terminé son programme, on leur indiquait que le temps s’était écoulé et ils arrêtaient alors de jouer. 

Lily Kronberger

La patineuse artistique hongroise Lily Kronberger est la première patineuse à avoir utilisé un accompagnement musical à un championnat du monde. En 1911, une fanfare militaire de Budapest l’a suivie pour accompagner son programme de patinage libre d’une musique du compositeur hongrois Zoltan Kodaly. 

Kronberger s’est rendu compte qu’une interprétation artistique judicieuse de la musique de Kodaly rehausserait son programme libre, en soulignant les défis techniques du sport.

Photo en noir et blanc d’une femme en patins, vêtue d’une longue robe noire, posant les bras derrière le dos.
Lily Kronberger, vers 1910s. Auteur inconnu, domaine public, par l’entremise de Wikimedia Commons
Fait marquant

Quand les compétitions internationales de patinage artistique sont-elles devenues des compétitions officielles?

Fait marquant

Quand les compétitions internationales de patinage artistique sont-elles devenues des compétitions officielles?

L’Union internationale de patinage a été fondée aux Pays-Bas en 1892. Le Canada en est devenu membre en 1894. L’Union a organisé son premier championnat amateur de patinage à Saint-Pétersbourg, en Russie, en 1896.